Beth Reimer-Heck nous fait part de sa vision en tant que coprésidente de la campagne 2020-2021 de Centraide à Calgary

Introduction alt="Beth-Reimer-Heck"

Spécialisée en gouvernance, Beth Reimer-Heck possède plus de 30 ans d’expérience dans le domaine juridique, en tant que membre de conseils d’administration et à des postes de direction. Elle a reçu le titre de conseillère de la reine pour son apport exceptionnel à la profession juridique et été nommée comme femme leader dans le milieu des affaires par le Canadian Diversity Network.

Nous nous sommes récemment entretenus avec Beth sur sa nomination au poste de coprésidente de la campagne 2020-2021 de Centraide à Calgary.

Questions

1. Parlez-nous de votre investissement auprès de Centraide. Quand l’aventure a-t-elle commencé?

J’ai connu l’organisation en participant à la campagne Centraide annuelle de BLG, à l’occasion de laquelle j’ai contribué, fait des dons et pris part à diverses activités. J’ai toujours trouvé que c’était une occasion agréable de resserrer les liens au sein d’une équipe et de s’investir auprès de la collectivité, et BLG appuie notre participation avec ferveur. C’est en revanche dans le cadre du rôle plus vaste que je joue au sein de la collectivité que Centraide a eu vent de moi.

Je me suis spécialisée dans la gouvernance et les conseils d’administration, à la fois dans les secteurs privés et sans but lucratif. Actuellement, je suis co-présidente de la section régionale de Calgary de l’Institut des administrateurs de sociétés. Je siège par ailleurs au conseil d’administration de nombreuses organisations sans but lucratif et assure en ce moment la présidence de HomeFront (organisme sans but lucratif visant à lutter contre la violence familiale). Auparavant, j’étais présidente de la Banff Centre Foundation et vice-présidente de l’école polytechnique SAIT.

C’est dans toutes ces fonctions que j’ai eu l’occasion de collaborer avec Centraide et que l’organisme a appris à me connaître et a pu prendre la mesure de mon engagement à Calgary, tant au sein de la collectivité que dans le monde des affaires.

2. Comment s’est passée votre nomination?

J’ai été approchée par Karen Young, directrice générale et membre du conseil d’administration de Centraide Calgary.

3. Qu’avez-vous ressenti lorsque vous avez été nommée?

Ça a été pour moi un honneur et un privilège, compte tenu du calibre de mes prédécesseurs et de la réputation de Centraide, de son conseil d’administration, de la directrice générale de Centraide Calgary, Karen Young, et de mon coprésident, Alec Clark (Banque TD).

4. Quels aspects de cette cause, plus précisément, vous ont attirée?

Ce qui m’a plu, c’est le rôle de leadership de Centraide, ses gens et ses objectifs. L’organisme mise sur des solutions qui visent à régler les problèmes les plus pressants au sein de la collectivité, tout en étant axées sur les résultats. Ses membres collaborent et unissent leurs forces avec des organisations, des gouvernements, des sociétés et des personnes afin de résoudre les problèmes auxquels font face les personnes vulnérables dans notre ville – surtout à l’heure actuelle où n’importe qui peut se trouver à tout moment dans une situation vulnérable.

Nous avons besoin d’organisations comme Centraide pour faire le bien à l’échelle locale, au sein de la collectivité. Centraide agit comme un coordonnateur, un collaborateur, un résolveur de problèmes et un influenceur. Mais avant tout, il est le seul organisme qui joue ce rôle crucial au sein de la collectivité.

5. Selon vous, que devraient savoir les gens sur Centraide Calgary?

Centraide est un expert au niveau local qui rassemble les gens pour résoudre des enjeux sociaux complexes. L’organisme investit efficacement et stratégiquement dans des domaines qui apportent des changements systémiques. Les enjeux sociaux complexes ne pouvant être résolus de manière isolée, il met en relation tant des organisations que des gens. À l’instar de BLG, où nous travaillons en collaboration avec les avocats pour répondre aux besoins juridiques de nos clients ou avec les planificateurs financiers pour gérer au mieux leurs finances, Centraide gère les investissements d’un donateur au sein de la collectivité et en tire le meilleur rendement possible sur le plan social.

6. Que pouvez-vous nous dire sur la campagne 2020-2021 de Centraide à Calgary?

Cette année présentera le plus grand défi à ce jour, compte tenu des répercussions de la COVID-19 au Canada, et notamment à Calgary, qui pâtit d’un ralentissement économique accru dans le secteur de l’énergie et des difficultés connexes sur le plan social au sein de la collectivité. Mais il s’agira pour moi de l’édition la plus inspirante, en raison de l’occasion qui nous est donnée de véritablement changer les choses à un moment où on en a le plus besoin.

7. Selon vous, à quels défis vous trouverez-vous confrontée, au vu de la pandémie de COVID-19?

En raison de la pandémie, la part que je devais prendre à la campagne en tant que coprésidente a considérablement augmenté. Centraide a pris les choses en main immédiatement en collaborant avec la Ville de Calgary, la Calgary Emergency Management Agency (CEMA) et d’autres organisations afin d’épauler les organismes communautaires de première ligne qui soutiennent les Calgariens.

Le travail sera peut-être décuplé cette année; il faudra sûrement faire preuve de plus d’engagement, d’ingéniosité et de créativité et adopter une approche davantage axée sur la résolution des problèmes. Mais je suis prête à relever le défi.

8. Que signifie pour vous s’investir auprès de la collectivité, d’un point de vue personnel?

Je suis fière d’être canadienne, albertaine et calgarienne.

J’ai toujours pensé qu’il était de notre devoir démocratique de tendre la main à ceux qui nous ont précédés ainsi qu’à ceux qui nous succéderont.

9. À votre avis, quelle tournure va prendre l’investissement communautaire?

En temps de crise, comme celle découlant de la COVID-19, il est toujours possible de changer les choses. On dit bien qu’« il ne faut jamais gaspiller une bonne crise ».

Les organisations qui sauront se réinventer tireront leur épingle du jeu.

Les donateurs disposent déjà et continueront de disposer d’une plateforme en ligne pour investir dans la collectivité. Nous devons nous assurer que nous tirons profit au maximum de nos engagements, d’autant plus que nos ressources se trouvent restreintes à l’heure actuelle. Les individus et les sociétés doivent investir de manière stratégique et ils ont besoin de travailler avec des spécialistes dans ce domaine. Pour ce faire, il s’agira de miser avant tout sur la collaboration (avec les gouvernements, les organisations, les organismes de financement, les donateurs, etc.), le service après-don et la mesure des résultats.